Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une infirmière à la maison

Ces situations...surprenantes.

8 Octobre 2015 , Rédigé par Anne Publié dans #ma vie d'infirmiere

Infirmière, aide soignantes... , nous exerçons un métier dont la base est incontestablement la relation à l'autre : " la base des bases " comme diraient certains...
Nous sommes exposés tout le temps : patients, entourage proche ou moins proche, médecins, secrétaires, kinés, laboratoires ... Nous avons chacun notre façon d'appréhender ces différents types de relations autour du soin.
Malgré tout le professionnalisme que nous y mettons, il arrive que certaines situations réservent des surprises surtout quand on rencontre les patients chez eux dans leur environnement quotidien.


Voici quelques exemples :




Quand on ne nous attendais pas (ou plus ) :


Première prise en charge pour un pansement. Je sonne.
Derrière la porte, le doux son d'un torrent de cris et d'insultes en tout genre chatouille mes oreilles : "Haaa, mordel! mais qui sonne? Kéviiiiin va ouvrir! mais butain Kéviiiiiiiiiiin! rha mordel de berde! " Bruit sourd dans les escaliers, bruit du chien qui entonne lui aussi quelques vocalises pour accompagner sa maitresse.
La porte s'ouvre.
" Ouiii? ha c'est vous? je ne vous attendais pas. "
Non, visiblement.


Rendez-vous pris pour un bilan sanguin à domicile. À jeun.
" Ha mais je vous attendais plus tôt! j'ai du manger, je ne pouvais plus tenir! "
" Mais il est tout juste 8H30, nous avions bien convenu un créneau entre 8H et 8H30 non? "
" oumf ( tartine dans la bouche ) demain? vous essayez d'être plus tôt? "



Ces questions que l'on aurait du éviter de poser :


Deuxième jour de prise en charge, la porte du cinquième étage s'ouvre sur une personne que je pense être celle que j'ai soigné hier :
" Bonjour! comment allez-vous? mieux? "
" Ha non, ce n'est pas moi, vous vous trompez. "
" Excusez moi mais vous ressemblez à Mme G. que je ne connais pas encore depuis longtemps vous êtes soeurs?
" Non, pas du tout, c'est ma mère ".
Ma patiente arrivant tout juste s'en est trouvé flattée, sa fille un peu moins.



( âme ou estomac sensible attention )

Monsieur E. me fait part de ce qu'il a vécu la veille. Il a saigné du nez, beaucoup. Ça lui arrive, il ne s'en est pas vraiment inquiété. Par contre, il est embêté parce qu'il en a mis partout sur le carrelage du salon mais trop fatigué pour nettoyer, il décide d'aller se coucher en pensant le faire le lendemain.
Je regarde le sol. Rien. Parfaitement propre alors que mon patient est encore au lit. Étrange. Je lui pose alors la question : " Vous vous êtes levé tôt pour passer un coup de serpière? "
" Oh non pas besoin, le chien a fait le travail cette nuit. Il a du tout lécher."




Quand on aimerai s'évaporer sur place en claquant des doigts :


Le soin commence, la patiente est installée pour son pansement, je suis penchée et concentrée sur la plaie quand son mari entre dans la pièce. Une discussion s'engage entre eux deux. Je n'y prête pas attention. Jusqu'au moment où le niveau sonore augmente brutalement et ma concentration en prends un coup : " Mais je t'avais dis de prendre de l'eau pétillante, PÉTILLANTE!! tu N' ÉCOUTEUUU RIEN, RIEN! "
" Et toi tu m'emberde!"
" Comment? "
" Tu m' emberde BUDAIN! "
Moi, un peu ( très ) embarrassée : " Euh, s'il vous plait, je... "
"Mais il a oublié l'EAU PÉTILLANTE! "
" Tu M' EMBERDEUUUUU ! "
Difficile de se faire entendre dans ce brouhaha, ils ont fini par se calmer, finalement l'eau plate fera l'affaire.


À l'inverse,


Un pansement, à nouveau. Ma jeune patiente est installée, son compagnon est auprès d'elle. Je lui pose la question de savoir si elle tient à ce qu'il assiste au soin ou pas pour ne mettre personne mal à l'aise. Elle me dit que oui, elle y tient. Lui aussi, il veut voir. Tout le monde est d'accord.
Je prépare mon matériel.
" ça va aller ma chérie" bisous bisous bisouuuuuuuu.
Ok, ils sont proches. C'est mignon.
...Ok, ils sont vraiment très proches, ça devient gênant : " excusez moi, vous pouvez vous écarter un peu l'un de l'autre, le temps du soin, ça ne sera pas long "
" Mais, c'est mon ami! on a le droit non? "
Bien, bien, bien.
Heureusement ce n'était pas ( trop ) long.




Quand on a ... peur!


7h45, il fait encore nuit noire. Je traverse une allée que je ne connais pas, arrive sur le seuil de la maison et frappe. La porte s'ouvre seule dans un grincement long. Pas de bruit, je décide d'entrer en entonnant un : " Bonjour! c'est l'infirmière! ", encore plongée dans la pénombre je traverse un couloir pour aller vers une pièce où un liseret lumineux filtre à travers la porte. Au deuxième pas, je sursaute, transie de peur par un : " Coiiiiin COIIIIIIIN ", je lève les yeux... tout s'éclaire, ce bruit soudain provenait d'une horloge animalière accrochée au mur.
Huit heure moins le quart était l'heure du canard.




Ces situation peuvent porter à sourire, ou pas... mais elles rendent le quotidien professionnel beaucoup moins routinier et surtout rempli d'une bonne dose d'humanité!










Ces situations...surprenantes.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Monica 20/10/2015 20:01

Heureusement qu il y a ces moments surréalistes. Je me souviens de quelques fou rires et de soirées entre infirmiers a se raconter nos anecdotes. On fait un métier unique

La petite infirmière dans la prairie 08/10/2015 15:38

Tout à fait d'accord! Mêmes expériences très humaines...