Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une infirmière à la maison

Lettre ouverte à un étudiant infirmier

11 Juin 2015 , Rédigé par Anne Publié dans #Reflexions sur la profession




Je vais te tutoyer, si tu me le permet. Ce n'est pas par condescendance, ni par mépris mais c'est comme ça, dans le métier nous nous tutoyions ( presque ) tous. Que nous soyons professionnels ou en devenir, nous sommes soignants dés le premier jour où nous mettons les pieds dans un institut de formation.
Voilà dans ce billet ce que j'aimerais te dire, ce que j'aimerais partager avec toi avant que tu ne te lances, tête baissée dans ces études, certes courtes mais denses et intenses.
Tu as surement suivi les actualités, la grogne justifiée du personnel des hôpitaux, l'expression du ras-le-bol, de la fatigue voir du burn-out que génèrent des conditions de travail de plus en plus difficiles.
Ta position d'étudiant est d'autant plus délicate car tu sais que tu vas passer une bonne partie de ta formation sur le terrain, en stage et te frotter à cette réalité bien sombre.
En avoir conscience est important mais je sais qu'au départ, la motivation reprend le dessus et le désir d'apprendre est une force qu'il ne faut pas quitter des yeux. Jamais. Même une fois diplômé, garde cette soif, toujours, ainsi que celle de te former continuellement aux nouvelles techniques de soin. C'est essentiel.
Ces techniques font partie des piliers de la formation et s'acquièrent de manière basique : apprentissage, observation, pratique. À L'IFSI, on va t'enseigner les plus courantes puis tout au long de ta carrière tu pourras les parfaire et en découvrir de nombreuses autres. Tu auras surement tendance à te focaliser dessus ainsi que sur la théorie qui les accompagnes. Cela représente souvent une source de stress importante pour les étudiants car les soins sont nombreux, très nombreux et souvent spécifiques aux différents services et spécialités médicales. Il est difficile de tout maitriser en trois années seulement. Mais en ayant les connaissances suffisantes des principes techniques des soins, l'expérience, les années de pratiques feront le reste, ne t'inquiètes pas.
C'est normal et important mais n'oublie pas de garder un oeil sur tout le reste. Parce-que si l'aspect technique de notre métier est essentiel, la réflexion éthique l'est au moins autant sinon plus. Tu apprendras rapidement que nous ne sommes pas seulement des techniciens même si l'on veut trop souvent nous réduire à de simples exécutants.
Ne néglige pas cet aspect, ne le met pas de côté te disant que tu auras tout le temps d'y penser une fois le diplôme passé. Ne fait pas ça.
L'éthique que tu te construiras t'aideras à dire " non " à l'inacceptable qu'on te proposera trop souvent et cela non seulement pour le bien de la personne ou du groupe de personne que tu as en charge mais aussi ton propre bien-être qu'il soit physique ou moral.
Elle est immatérielle, inquantifiable mais c'est elle, c'est cette éthique qui sera ta colonne vertébrale de soignant. Celle qui te portera pour t'aider à garder la tête haute, les yeux bien droits te permettant de ne jamais perdre de vue la façon dont tu voudras exercer et l'orientation que tu auras choisi pour ta carrière.
Tu es étudiant, futur infirmier diplômé d'état, tu es l'avenir de notre métier. Sache que même si une partie des professionnels que tu croises en stage n'est pas très accueillant voire désagréable, tu restes pour nous tous l'espoir que demain les soignants sauront tirer leur profession vers le haut. Et cela grâce à une réflexion éthique mûrie et construite autour du refus de soigner l'humanité sur des bases comptables et tendant toujours plus vers le profit.
J'ai confiance en toi, nous avons confiance en toi.

Mais tu as raison, tout ne repose pas sur tes épaules. Nous sommes des milliers de soignants diplômés, en exercice...

Alors à nous, d'abord, de t'ouvrir la voie et d'éclaircir le chemin.

Lettre ouverte à un étudiant infirmier

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article