Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une infirmière à la maison

Petit précis météorologique de l'infirmière libérale

24 Mai 2015 , Rédigé par Anne Publié dans #ma vie d'infirmiere

Ce matin il fait froid, le ciel est dégagé : faveur de l'aube mais ça ne durera pas longtemps. Aujourd'hui il va pleuvoir dans la matinée et puis ça va se dégager l'après-midi. Le soleil sera là mais il y aura du vent, un vent d'ouest alors il ne fera pas chaud. Nous sommes à la fin du mois de mai, c'est dommage, nous n'aurons pas eu de printemps et il fera ce temps là toute la semaine.
Un bulletin météo presque complet, il ne manque juste que les minimales, les maximales et l'éphéméride pour que je puisse me transformer d'un claquement de doigt en Catherine Laborde. (Bon, Catherine Laborde qui se serait levé tôt, cernée et sans maquillage, portant des boots, fleurant un mélange de solution hydroalcoolique et d'eau de toilette Bont Saint Michel, on est d'accord).


Mais comment se fait-il que je sois à ce point météorologiquement alerte? Question pertinente.


Non, je ne suis pas reliée à une chaine météo vingt quatre heures sur vingt quatre, je ne fais pas non plus monter une grenouille sur une échelle et n'ai pas investi dans un baromètre dernier cri.
Je suis simplement infirmière libérale et je connais la météo par coeur quand je travaille. Dans ses moindres détails.
Nous avons tous et toutes un sujet de conversation de prédilection, d'entrée en matière et j'avoue, celui-ci est le miens.


Mais quel est l'intérêt de parler d'un sujet aussi basique et sans rapport direct avec le soin?


Voici quelques explications.


Quand on intervient au domicile des patients pour la première fois, il faut le dire, ce n'est pas une situation " naturelle ". Nous, inconnu, entrons dans l'intimité d'un foyer et cela représente toujours une sorte d'intrusion. Nous sommes face à une personne qui souffre et est diminuée physiquement, psychologiquement ou les deux. Il est indispensable d' instaurer dés le départ une relation de confiance.
Après quelques minutes et les premières questions concernant directement la prise en charge posées, l'atmosphère se détend et le soin vient petit à petit tisser le lien entre le soignant que nous sommes et le patient qui accepte que nous entrions dans son univers pour le soigner. La parole est d'or et le silence peut être ressenti rapidement par les deux parties comme une rupture en ce début de relation encore très fragile. Quand nous sentons qu'il faut récupérer une accroche, que le patient s'éloigne et se ferme voilà qu'entre en scène cette chère météo.
cela peut paraître dérisoire mais que l'infirmier qui n'a jamais lancé un " quel temps pour un mois de mars/juin/décembre! " histoire d'engager ou réengager un échange me jette le premier caillou. Mais pourquoi un sujet si banal, si " bateau " et surtout à milles lieues de la raison de notre visite?
Parce-que c'est un sujet qui a le mérite d'être neutre. On ne maitrise pas le temps, on le subit et c'est pour tout le monde pareil, sans exception. Un peu comme la maladie finalement.
Il est toujours délicat quand on ne connait pas encore une personne, d'entamer un sujet qui pourrait d'emblée biaiser la relation. La famille, le métier, les passes-temps peuvent rapidement devenir source de maladresses. La perte d'un enfant, petit enfant, un isolement subi, un métier difficile et mal vécu...
Alors le soleil, la pluie, le vent, la grisaille... permettent de créer un contact, d'apprendre à se connaitre et d'ouvrir une conversation qui de toutes les façons mènera vers des sujets plus importants par la suite. Il n'y a que peu de risques que le patient se referme par trop d'intrusion.
Un " bonjour! quel temps, vous avez vu! " amènera en douceur et plus tard un " et au niveau des effets secondaires de la chimio, comment vous sentez vous? ".
Et si la parole est d'or au départ, quand la relation est bien engagée, le silence le sera tout autant à d'autre moment.
Et tout cela un peu grâce à la météo!


Je n'aurais donc qu'une phrase à rajouter pour clore ce petit précis météorologique de l'infirmière libérale :


" Non mais vraiment, il n' y a plus de saisons ! "

Petit précis météorologique de l'infirmière libérale

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Delphine 24/05/2015 13:37

C'est exactement ça! Je ne regarde pourtant jamais la météo, cela ne mm'interresse pas puisque comme le dit Simone (une de mes patiente) "on le prendra comme il viendra" et pourtant, ce que je peux en parler de ce fichu temps! C'est un sujet facile, renouvelable tous les jours, qui ne divise pas. Bref! Le sujet parfait! Et j'ai de la chance: j'ai le mistral en supplément...