Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une infirmière à la maison

Bonjour! ça va?

1 Février 2015 , Rédigé par Anne

"Bonjour! ça va?"


La porte passée, cette question est quasi systématique, de l'ordre du réflexe chez pas mal d'entre nous, enfin en tout cas chez moi c'est le cas. Du moins, chez les patients que je vois (presque) tous les jours et qui ne vont pas trop mal. Pour les autres, bien sur, une formule comme "comment vous sentez-vous aujourd'hui?" est plus appropriée.
Un jour, une de mes collègues m'a dit : "ha non, moi, je ne leur demande plus comment ça va d'emblée, en arrivant!" son point de vue se tient. Pour exemples voici un florilège de réponses parfois surprenantes.

Il y a les réponses plutôt positives et adaptées:

1. "Oui, ça va" simple, franc, sans arrière pensée.
2. "Oui, on pousse dessus" ou " oui comme le temps, tout doux"

Le patient va bien, pas de soucis, on peut passer à autre chose, au choix: le temps, les saisons... non il n'y en a plus... c'est terrible, où va le monde? on se demande mais ce n'est pas gai en tout cas, toute cette violence, bref, c'était mieux avant quand il y avait un hiver et un été.

Et il y a les autres:

1. La catastrophe.
"Ça ne va pas DU TOUT, vous voyez?
"Non Madame Muche, je ne vois pas, que vous arrive-t'il?"
"Non mais sérieusement vous ne voyez pas??? mais c'est évident pourtant!"
Là, vous vous apprêtez à dégainer votre téléphone : " écoutez, dites-moi, on va voir ça et appeler le médecin si il faut."
"Mes cheveuuuux! ce sont mes cheveuuuuux! enfin, ça se voit non? la coiffeuse est passée hier et elle a fait n'importe quoi, N'IMPORTE QUOI! comment je vais faire maintenant? hein? vous pouvez me le dire vous?"
Ici, ce sont les cheveux, ça peut être aussi la télévision en panne, le chien du voisin, le voisin lui même et son arbre qui dépasse dans le jardin et fait de l'ombre OUI de l'OMBRE, mes géraniums, vous vous rendez compte??

2. Le malaise.
Un haussement d'épaules, un soupir et un " vous croyez quoi? que ça va? vous savez très bien, je vais MAL"

A quatre-vingt dix ans tout est relatif... mais effectivement que voulez-vous répondre, vous êtes embarrassée, la patiente est froissée, ça démarre mal.


3. Le silence.
"..."
Le patient est sourd.


Je comprends ma collègue et j'avoue que depuis quelques temps, je ne pose plus cette question systématiquement, enfin... je sélectionne, je sais maintenant où elle sera pertinente et où elle ne le sera pas.
Et sinon vous, ça va?

"..."

"..."

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :