Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Une infirmière à la maison

Libéral VS Burn out

13 Janvier 2015 , Rédigé par Anne Publié dans #ma vie d'infirmiere

Dix huit heures trente, une soirée de tout début d'année comme beaucoup d'autres. Il fait nuit depuis un moment déjà et la pluie tombe, battante et sans relâche.
La tournée d'après-midi est assez chargée, les soins s’enchaînent, pas le temps de souffler. C'est l'heure de sortie des bureaux, la circulation est plus dense, on sent la tension, le stress accumulé dans la journée qui se concentre sur la route. Les automobilistes se pressent pour rentrer retrouver leurs familles et se mettre au chaud.

Je redouble d'attention, ce n'est pas le moment de rêver. Le téléphone sonne: "une césarienne ? Sortie cette après-midi ? Oui, donc une injection ce soir sans faute, bien sûr, je passerai". Je repars, j’enchaîne, je sors de ma voiture, monte les escaliers, redescend, rentre dans la voiture, démarre, la sonnerie retenti, je m'arrête à nouveau. C'est un médecin pour Monsieur P., l' INR de ce matin n'est pas bon, les doses d' AVK sont à modifier et un prélèvement à programmer, je note. C'est reparti, la clé dans le contact, clignotant...téléphone... "Madame S ? vous êtes sortie ? le pansement, deux fois par jour ? Il faut passer ce soir ? Oui, d'accord mais pas avant dix neuf heures trente alors. Très bien, à tout à l'heure"... Un soin se rajoute. Bon, Madame S. nous la connaissons bien et je suis contente de la voir rentrer chez elle, c'est qu'elle va mieux.
La tournée bouclée, je regagne le cabinet, m'occupe de programmer, reprogrammer, faire les changements puis organiser la matinée suivante.
Je rentre enfin, mes enfants dorment, je file aussi me glisser sous la couette, demain il faudra se lever tôt pour reprendre la route à sept heures.
Cette journée n'était ni tranquille, ni chargée, c'était une journée normale, sans surprise, sans urgence à gérer. Mes yeux mettront du temps à se fermer, malgré la fatigue, il est souvent difficile de se déconnecter.
Depuis que j'exerce en libéral je dois penser également à m'occuper du courrier, des éventuels rejets de paiement. Il faut gérer ça en plus des nouvelles facturations. En fin d'année tout s'accumule parce que parfois, on remet à plus tard mais il faut le faire et puis penser au comptable qui me demande depuis le mois d'août de lui amener ce qu'il faut pour pouvoir prendre de l'avance sur les comptes...
Il attendra...
Et puis finalement le reste de la paperasse aussi attendra...
Aujourd'hui, je suis en repos, plusieurs jours d'affilée et je ne vais rien faire... rien faire d'autre que m'occuper de mes enfants, de ma famille, penser à eux, à moi, à nous. J'aime mon métier mais je ne veux pas qu'il passe avant ce que j'ai de plus cher, je ne veux pas me retourner trop tard en regrettant de ne pas avoir profité de ces moments là, qui sont précieux.
Libéral ou pas, le burn out ne passera pas par moi!
Un conseil à tous ceux qui exercent une profession tournée vers les autres: faites attention à vous et chouchoutez vos essentiels, le temps passe et nous ne sommes indispensables qu'à ceux qui nous aiment.
Pour le reste...

Libéral VS Burn out

Partager cet article

Repost 0